Le Pétrel de Barau, Pterodroma baraui

Lundi 19 avril 2010, dans Une première mondiale : pose de balises ARGOS sur des jeunes pétrels de Barau

Seulement décrite en 1964 par C Jouanin, cette espèce pourtant bien visible était d’autant plus mystérieuse que ces lieux de nidification n’étaient pas connus.

Il s’agit d’un pétrel de taille intermédiaire d’une envergure de 96 cm en moyenne et d’un poids d’environ 430 grammes.
Ce n’est qu’en 1995 que les premiers nids furent découverts par P Colas et JM Probst. Depuis de nouvelles colonies ont été découvertes et toutes se trouvent dans les pentes les plus raides des sommets de l’île. Cette espèce est particulièrement menacée par els prédateurs introduits (rats et chats harets). Une estimation récente a montré qu’environ 900 pétrels seraient tués par les chats dans les colonies. Ce sont malheureusement très souvent des adultes ce qui a d’autant plus d’impact sur la conservation de l’espèce.
La deuxième menace majeure est liée à la mortalité des oiseaux qui s’échouent à terre après avoir été attirés par les éclairages urbains ou sportifs, notamment par nuit nuageuse. C’est particulièrement le cas des jeunes oiseaux le soir de leur départ des colonie. Ce premier vol particulièrement délicat conduit chaque année plusiseurs centaines de poussins à s’échouer et éventuellement mourrir au sol où ils sont dans l’impossibilité deredécoler. Heureusement, grace au travail entrepris par la SEOR depuis 1996 un grand nombre d’entre eux est ramassé par les habitants de l’île, bien sensibilisés, qui jouent un rôle crucial dans ces opérations de sauvegarde.