12 octobre 2010 : Conséquences de l’incendie au Maïdo

Mardi 12 octobre 2010, dans Année 2010

Dans le coeur du Parc national, le Piton MaÏdo fait partie du bien inscrit au patrimoine mondial.

C’est un espace où l’on trouve une végétation éricoïde d’altitude, ainsi que quelques poches de tamarins et de petits tamarins des hauts. A côté des branles très
reconnaissables, il y a des espèces rares et menacées, souvent de petite taille, de la famille des fougères et des composées, dont certaines sont protégées. Au total,
90 espèces végétales composent cette végétation altimontaine.

On y trouve plus de 100 espèces animales (beaucoup d’insectes, et également vers le sommet du Grand Bénare le lézard vert des hauts, endémique assez rare).
Les pompiers sont en action sur le terrain pour lutter contre ce fléau qui menace cet habitat unique au monde, avec l’aide de l’ONF qui leur ouvre des accès. Les agents de l’antenne ouest sont également présents sur les lieux.

Une fois l’incendie maîtrisé, il conviendra de faire un état des lieux, afin de mesurer très précisément les atteintes aux milieux naturels et assurer un suivi de la recolonisation des sols brûlés. Ces travaux permettront de réorienter les actions de restauration du milieu et
éviter la recolonisation des terres par des espèces invasives et notamment l’ajonc d’Europe (buisson épineux à fleurs jaunes), au détriment de la végétation indigène.