Présentation du dispositif expérimental des éco-gardes

Mercredi 19 septembre 2012, dans Archives

Le 3 juillet 2012, le conseil d’administration du Parc national a validé l’affectation budgétaire d’une enveloppe allouée par la Région pour le recrutement d’éco-gardes : 20 contrats de 4 mois et 4 personnes supplémentaires (1 par zone géographique)

Les éco-gardes seront présents sur les secteurs géographiques identifiés à risques par
le plan ORSEC Feux de Forêts, piloté par la Préfecture.

Ils sont placés sous la responsabilité hiérarchique et fonctionnelle d’un Coordonnateur Surveillance Incendies en milieux naturels.

Par ailleurs, dans le cadre du PAPIF, la Région Réunion et l’État ont alloué au Parc National les financements nécessaires à l’acquisition de quatre véhicules tout terrain (4x4) affectés à l’organisation des patrouilles des éco-gardes.

Les éco-gardes, vacataires du Parc national, interviennent en complémentarité avec les équipes
de terrain de l’établissement public pour la campagne Feux de Forêts 2012/2013, sur un dispositif
expérimental.

Leurs missions comprennent :

> la surveillance : observation des espaces naturels, patrouilles dans le massif défini, vigilance sur
tous les indices qui permettraient d’identifier un début d’incendie ou un comportement à risque ou
suspect, et noter les comportements suspects.

> l’alerte : il s’agit d’alerter de toute fumée suspecte, de localiser le plus précisément l’événement,
de décrire ce qu’ils voient en respectant le canevas fourni, de faire remonter des éléments sur
l’évolution de la situation en attendant les secours, de se rendre sur place pour guider les secours
et fournir les informations en leur possession sur le secteur au responsable des secours, et de
prévenir un agent assermenté du Parc national ou les forces de l’ordre en cas de comportement
répréhensible.

> la dissuasion : cette mission consiste à quadriller le terrain en privilégiant les zones les zones
d’affluence lors des manifestations sportives ou culturelles, sur le territoire du parc national et à
être visible, par leur tenue, leur comportement et leur positionnement géographique ;

> la sensibilisation : il s’agit d’être en contact avec le public, d’informer sur les risques d’incendie et
ses conséquences sur les milieux naturels et plus généralement sur la protection des milieux naturels,
de rappeler la réglementation sur l’emploi du feu, de dispenser des conseils, de faire corriger les imprudences et de toujours être disponibles pour les usagers.


Télécharger le dossier de presse de présentation du dispositif Eco-garde